Quelle régionalisation dans les

Vous êtes ici

pays du Maghreb ?

Les outils de gouvernance de la régionalisation de l'AViTeM


Les 9 et 10 décembre 2013, L'AViTeM a participé au colloque international organisé par l'Association Tunisienne des urbanistes (ATU) sur le thème : « Quelle régionalisation dans les pays du Maghreb ? ».

Le phénomène de régionalisation s'est révélé avec la révolution tunisienne, partie de la région vers la capitale, à la suite duquel la décentralisation a conquis les textes constitutionnels. Parmi les pays voisins, le Maroc et la Lybie connaissent également des avancées dans ce domaine, développant des systèmes de collectivités infra-étatiques au niveau régional.

Ces évolutions de gouvernance se manifestent sous différentes formes : le rôle de l'Etat, revisité, réorganisant les dynamiques locales, et les compétences sur les territoires ; le développement régional, repensé dans ses différents aspects (économique, politique, social, humain…) ; les relations Etats-collectivités évoluant vers un nouveau partage des compétences…

Cependant, dans un monde oscillant entre global et local, les découpages, de territoires et de compétences, doivent être pertinents pour ne pas aboutir à des manifestations de régionalisme.

La régionalisation implique de nombreuses disciplines, du droit public, constitutionnel et administratif, à la science politique et administrative, en passant par la sociologie des organisations, l'économie publique et l'aménagement du territoire.
L'objectif du colloque était d'identifier les défis et les enjeux, politiques économiques et sociaux, du processus de régionalisation.

L'AViTeM a apporté sa contribution en proposant des outils de gouvernance de la régionalisation, explorant par exemple la diversité des rôles de l'Etat, des propositions de coordination horizontale, l'étude des enjeux spécifique à chaque territoire, l'utilisation de schémas de planification territoriale (SRADT, SCoT).

Ce colloque était organisé par le Ministère de l'intérieur (Direction générale des collectivités Locales) et la Faculté de droit et des Sciences politiques de Tunis (Unité de Recherche droit et Gouvernance (URDG)).