Pour ne pas regretter demain ce que l’on aurait dû faire aujourd’hui : la coopération régionale pour une Méditerranée résiliente

Vous êtes ici

Entre le Covid19 et l’ornière de ses conséquences économiques et sociales dont il faudra tout faire pour en sortir au plus vite, les temporalités de gestion de crises se chevauchent depuis le Printemps 2020. Si, pendant ce temps, les célébrations des Journées internationales de la biodiversité, de l’environnement, des océans, du dépassement de la terre , se succèdent dans une relative indifférence, l’espace méditerranéen continue pour sa part de jouir du triste privilège d’être l’un des pires « hotspots » climatique et environnemental au monde. Rien de nouveau certes, puisque le réchauffement climatique et la dégradation de l’environnement sont sourdement à l’œuvre depuis belle lurette, mais une accélération de leur rythme et de leur impact respectifs sont désormais perceptible par tous.

 

Trois options s’offrent dès lors aux Méditerranéens : la tentation du laisser courir et du laisser pourrir en se disant que la prochaine génération saura s’en débrouiller, le réflexe du repli sur soi par des solutions étroitement nationales, le choix enfin d’une coopération à l’échelle méditerranéenne qui permette, collectivement et pas association des volontés et des intelligences, à faire face ensemble à un défi qui ignore les frontières et devant lequel tous les méditerranéens sont égaux.

 

L’AVITEM a fait depuis longtemps ce choix de la coopération régionale au bénéfice d’une Méditerranée résiliente, en déclinant ses missions sur :

  • Des projets de coopération euro-méditerranéens, avec le soutien de l’UE, au service de la résilience des villes et des territoires (gestion des déchets, qualité de l’air, constructions durables, logement, patrimoine, etc..),
  • L’appui aux politiques de développement durable et à la transition écologique : tourisme durable, agriculture urbaine, nature en ville et solutions fondées sur la Nature,
  • La formation à la gouvernance et au projet pour accompagner ceux qui feront la Méditerranée de demain,
  • L’expertise urbaine aux service du large éventails des spécificités et des besoins des villes méditerranéennes,
  • La constitution de réseaux d’acteurs issus de toutes les rives de la Méditerranée et de tous les horizons professionnels.

 

Ces missions, l’AVITEM les met au service d’une coopération régionale impulsée par la Région Sud et par toutes les forces vives de celle-ci, en résonance avec l’engagement robuste et de longue date de la France sur l’espace méditerranéen. Aujourd’hui incontournable, le grand rendez-vous annuel de la Méditerranée du Futur, à l’initiative du Président de la Région, illustre depuis 2017 cette volonté d’engagement en faveur d’une indispensable coopération régionale en méditerranée. Il est heureux que le Covid n’ait point altéré cette résolution.

 

La réponse à la crise sanitaire et la mobilisation autour de la relance pour en surmonter les conséquences économiques et sociales doivent évidemment s’inscrire dans l’urgence du court terme et dans l’effort du moyen terme. C’est aussi l’occasion de développer une vision, et de traduire celle-ci en projets et en actions, fondée sur le long terme et bâtie sur le socle d’une coopération régionale autour de l’objectif partagé de la transition écologique et de la résilience des villes et territoires. Porteuse de projets européens et fruit d’une volonté conjuguée de l’État et des acteurs du territoires,  l’AVITEM est à la confluence de plusieurs niveaux de responsabilités et de politiques publiques, prenant ainsi naturellement sa place dans la boite à outils de ceux qui œuvrent pour une Méditerranée résiliente, dont nous portons tous une part de responsabilité vis-à-vis des prochaine générations.

 

Dans quelques mois, et à l’occasion de son 25ème anniversaire, le processus euro-méditerranéen, né à Barcelone à l’automne 1995, viendra revisiter les espoirs soulevés alors, et confirmer la « vista » de ceux qui, il y a un quart de siècle, militaient déjà pour la coopération régionale. Au lendemain du sillage meurtrier laissé par la crise sanitaire, il est plus urgent que jamais pour les Méditerranéens de réinvestir énergiquement ce vaste chantier.

 

Par Bernard VALERO, Directeur Général de l'AVITEM pour Econustrum.info