Octobre 2019

Vous êtes ici

Les Actes de la Matinale Vivapolis

«Imbrication Ville-­‐Port: vers une nouvelle urbanité durable»

Le Port de Marseille est un port industriel, commercial et logistique. Il constitue un véritable outil du commerce international. Le Port de Marseille-­‐Fos estle 1er port de France, le 2èmede la Méditerranée ainsi que le 6èmed’Europe. Ces rangs sont calculés en termes de tonnage total réalisé dans les ports. L’année dernière le port a opéré 81 millions de tonnes dont 20 de marchandise diverse (transportée par les conteneurs et les remorques), 47 de vrac liquide (hydrocarbures, gaz, vracs chimiques) et 14 de vrac solide destiné à l’industrie régionale et métropolitaine. Il a réalisé 1,4 millions de conteneurs, et accueilli près de 3 millions de passagers. Cette première vision sur les chiffres et les ordres de grandeur permet d’appréhender la place du port et son rôle dans l’économie.Les 20 millions de tonnes de marchandise diverse constituent le trafic le plus dynamique et le plus créateur d’activités et d’emplois.C’est le plus stratégique et celui sur lequel nous avons le plus axé notre stratégie ces dernières années. Ces 20 millions de tonnes de trafic se répartissent entre deux bassins, celui de Marseille (6 millions de T) et celui de Fos (14 millions de T). Si on regarde la tendance longue, sur les cinquante dernières années, nous sommes passés pour ce trafic de 4,5 millions de tonnes à 20 millions de tonnes aujourd’hui. A l’époque, les bassins de Marseille réalisaient 4 millions de tonnes. Aujourd’hui,ils en réalisent 6 millions. Fos, qui en réalisait un demi-­‐million, en réalise aujourd’hui 14. Les trafics de marchandise qui sont stratégiques ont continument connu une croissance, avec des taux totalement différents sur les deux bassins.En tout, chaque année ettoutes marchandises confondues, le port accueille 7000 escales dont un peu moins de 3500 à Marseille et un peu plus que 3500 à Fos. Or, les 81 millions de tonnes se répartissent entre 74 millions de tonnes à Fos et 7 millions de tonnes à Marseille. En gros,un rapport de 1 à 10. Ainsi,les escales de Fos sont en moyenne 10 fois plus grosses que celles de Marseille. Ces marchandises sont traitées sur des navires beaucoup plus gros et bien plus imposants. Cela correspond à la vocation stratégique des bassinsde Fos puisqu’ils sont spécialisés sur les grands flux interocéaniques entre l’Asie, l’Europe, et l’Amérique, tandis que les bassins de Marseille sont spécialisés sur les trafics Nord-­‐Sud, entre l’Europe et l’Afrique, sur des navires beaucoup plus petits.

 

Une manière de raconter l’histoire du portde Marseilleest de parler de l’histoire de Marseilleet du territoire métropolitain, liées depuis les origines de la ville. C’est ce que je souhaite vous rappeler en m’appuyant sur le travail qu’a fait René Borruey en décrivant les relations ville-­‐port à Marseille et en les découpant selon plusieurs âges. Il s’agit d’une grille de lecture intéressante car elle s’applique dans de nombreux autres ports du monde également.

 

Le premier âge, « Le Port est la Ville », est celui de l’origine du port et de la ville, de la création de Massalia il y a 26 siècles, jusqu’à la révolution industrielle au 19èmesiècle. Pendant des siècles, le système portuaire et le système urbain sont complètement en osmose autour du Vieux-­‐Port. Malgré des évolutions, ce système a perduré pendant 25 siècles. Il va être remis en cause par la révolution industrielle et l’arrivée du chemin de fer, de la vapeur, de la vitesse et par la taille des navires qui vont commencer à encombrer le Vieux-­‐Port et à ne plus permettre une manutention efficace des marchandises, et générer des besoins de nouveaux espaces pour le développement qui correspondra aux attendus de cette révolution industrielle.

 

Pour lire l'intégralité du rapport, cliquez ici