Les nouvelles technologies au service d’un tourisme durable

Vous êtes ici

Le tourisme, activité clé de l’économie méditerranéenne, est également un secteur dont les pratiques et les effets questionnent régulièrement experts, professionnels et pouvoirs publics. La gestion des flux et les phénomènes de « surtourisme » font partie de ces questionnements et sont également au centre du projet Herit-Data, dont l’AVITEM est partenaire.

 

Dans le cadre de ce projet, une étude de cas a récemment été réalisée par le comité régional du tourisme de Valence (Valencia Region Tourism Board) sur six destinations touristiques : Valence et Barcelone (Espagne), Florence (Italie), région Occitanie (France), région de la Grèce-Occidentale et Amsterdam (Pays-Bas). Le but de cette étude est celui d’analyser les initiatives qui visent à mieux gérer les flux touristiques s’appuyant sur les nouvelles technologies.

 

Certaines des actions entreprises par les sites étudiés s’appuient sur le suivi de données en temps réel tandis que d’autres utilisent les informations issues des plateformes Open Data ou des réseaux wifi publics. Certaines villes ont aussi installé plusieurs capteurs dans des lieux stratégiques qui permettent d’obtenir des données scientifiques afin de mesurer avec précision les flux.

 

Les nouvelles technologies semblent donc être un véritable atout dans les modèles étudiés. L’étude a également permis d’identifier les stratégies complémentaires à mettre en place pour mieux gérer les flux touristiques :

  • Comprendre, planifier, cartographier et gouverner les flux touristiques
  • Maintenir l’équilibre social entre résidents et touristes
  • adopter une méthodologie scientifique
  • préserver le paysage urbain
  • maintenir une expérience touristique de qualité.

 

Enfin, les modèles de gestion mis en lumière par cette étude insistent sur la nécessité d’agir sur la destination touristique dans sa globalité : système de mobilité, offre touristique, patrimoine, espace public…L’étude sera disponible à la fin du mois de mai 2019.

 

En savoir plus sur le projet :