Le webinaire de l’AVITEM dédié à l’innovation sur les déchets en Méditerranée _ JUIN 2021.

Vous êtes ici

Le webinaire de l’AVITEM dédié à l’innovation sur les déchets en Méditerranée s’est tenu le jeudi 3 juin 2021.

 

Pour la circonstance, les partenaires de l’AVITEM s’étaient donné rendez-vous afin d’explorer les nombreuses pistes qui peuvent permettre de concilier les savoirs traditionnels avec le recours aux solutions innovantes, nombreuses sur le territoire de la région méditerranéenne.

Pour rappel, en voici l'agenda, en suivant ce lien.

 

Avant de vous en fournir le contenu exhaustif, nous vous en proposons une très rapide synthèse ci-dessous, en mettant en exergue les principales idées.

 

Le recours à la synthèse graphique de notre jeune et talentueuse dessinatrice propose également une lecture des échanges de cette matinée fructueuse. Vous pouvez retrouver cette synthèse graphique en plein écran, c'est par ici !

 

L’Ambassadeur Philippe Meunier, Directeur général de l’AVITEM, a ouvert la matinée par un mot d’accueil et une introduction qui a rappelé que, face aux défis communs, il était essentiel de continuer à travailler ensemble pour construire des territoires urbains durables, ce que la qualité des réseaux mobilisés donnait à penser.

 

Les représentant.es de la Ville de Miramas, du Conseil Consultatif sur les déchets du Pays d’Aix, du projet Med-InA porté par l’AVITEM et du collectif HaaS Synchronicity ont animé la première session en partageant leurs savoirs et leurs expériences individuelles. Les prises de positions ont convergé lors de cette première session vers l’idée que la coopération, l’implication citoyenne et la combinaison entre les savoirs traditionnels et l’innovation sont autant de pistes qui doivent être suivies afin de lutter contre la multiplication des déchets et d’optimiser leur gestion en Méditerranée. Cette 1èresession a été dirigée par la conviction répétée qu’il faut cesser de considérer les déchets tels de simples résidus polluants et plutôt y voir la ressource inexploitée qu’ils constituent. 

 

La seconde session a donné la parole à des acteurs territoriaux qui ont présenté les réalités du terrain, que ce soit en zone saharienne, en territoires urbains ou insulaires. Par ailleurs, il s’agissait aussi de comparer ces différents contextes géographiques en vue d’identifier des différences et des points communs en ce qui concerne leurs caractéristiques territoriales et leur manière de gérer les déchets. Nous avons ainsi pu apprendre beaucoup sur le rapport aux déchets dans l’éco-cité du ksar Tafilelt, et plus globalement dans la vallée du M’Zab en Algérie. La 2ème session s’est poursuivie par la présentation de l’étude du cas de la wilaya de Sétif avec une analyse concernant tout particulièrement le secteur du bâtiment avec pour point d’attache principal la méthodologie basée sur l’ACV (analyse du cycle de vie). L’île de beauté était pour la deuxième fois consécutive représentée, en la présence de l’OEC (Office de l’Environnement de la Corse) venu appuyer cette réflexion sur la gestion et la valorisation des déchets en fonction des caractéristiques des territoires à travers son prisme personnel. 

 

La troisième session a mis l’accent sur l’innovation en rappelant la fragilité des territoires urbains face au changement climatique et le devoir qui en découle de retrouver de la sobriété et de la frugalité en conjuguant simultanément l’action de l’ensemble des acteurs. Le cluster Inizià, actif sur le territoire Corse, à démontrer par son intervention que le soutien à l’innovation est puissant et qu’il contribue fortement à l’animation de l’écosystème territorial en termes de transition écologique. Enfin, trois start-up ont délivré leurs solutions innovantes, avec des innovations en termes de compostage des biodéchets et de revalorisation des déchets plastiques.  

 

L’audience a grandement apprécié la qualité des interventions et l’implication des orateurs. Les interventions se sont complétées à la perfection et la capacité collective à décliner les savoirs au bénéfice d’une intention méditerranéenne partagée s’est avérée très appropriée. La place de l’humain, le rôle de la gouvernance et le travail en réseaux solidaires se sont imposés comme des points forts de convergence au sein de l’ensemble des interventions. Constat est fait que, face aux aléas climatiques et aux évolutions de nos écosystèmes, notre volonté de travailler ensemble pour rendre la Méditerranée plus accueillante, plus chaleureuse, plus égalitaire et plus durable anime l’ensemble des acteurs réunis ainsi que leurs partenaires.

 

Nous conclurons cette démarche avec l’organisation d’un webinaire transversal et conclusif dédié à l’innovation Low-tech le 1 juillet 2021.