Conférence #23 des Dialogues de l’urbain : habiter le pavillonnaire autrement

Vous êtes ici

Le logement social dans le périurbain : moteur de densification et/ou diversification pour les tissus pavillonnaires ? Une demi-journée d’étude (14h00-18h00), suivie par la soirée-débat :

 

Conférence #23 des Dialogues de l’urbain : habiter le pavillonnaire autrement


Mardi 23 avril 2019 à partir de 18h00
 Espace « La Coque », Place Henri Verneuil 13002 Marseille.

 

Organisée par : laboratoire Project[s]-ENSA-Marseille, en relation avec le programme de recherche européen CAPA.CITY (2017-2020). Coordination par: Ion Maleas, Marion Serre (Project[s]-ENSA-Marseille) et Séverine Bonnin-Oliveira (LIEU-IUAR).



L’habitat individuel est le mode de vie privilégié des Français et, plus largement, des Européens (Damon, 2017). De fait, les tissus pavillonnaires se sont rapidement développés et posent différentes questions, concernant leur morphologie, leur urbanité, leurs possibles qualités écologiques (Frileux, 2013) et sociales (Dodier, 2012 ; Lambert, 2015), leur mutabilité dans la perspective d’une ville plus durable. Parmi les controverses que le pavillonnaire suscite, nous proposons de mettre en débat la place du logement social dans ces processus de périurbanisation.


En effet, depuis la loi SRU (2000), de nombreuses communes doivent développer une offre de logements sociaux conséquente et assurer leur répartition équilibrée sur le territoire. Or, le pourcentage de logements sociaux requis (20 à 25%) est souvent difficile à atteindre pour les collectivités, d’autant plus lorsque celles-ci connaissent un fort développement et que celui-ci est dominé par l’accession à la propriété. Or, de plus en plus d’acteurs prennent conscience de la ressource que peuvent constituer les territoires périurbains pour répondre à des besoins qui se diversifient au gré des évolutions socio-démographiques, telles que la décohabitation, la monoparentalité, la vieillissement… (Bonnin-Oliveira, 2012). Nous proposons ici d’ouvrir le débat : le pavillonnaire pourrait-il, en tant que « territoire-laboratoire » (Dodier, 2012), devenir un espace ressource pour expérimenter de nouvelles formes de logement social en diffus ? De quelles manières actions privées et actions publiques pourraient-elles converger et ainsi contribuer à 1) la diversification de l’offre de logement par une meilleure distribution géographique du logement social, au nom de la mixité sociale (Desponds, 2010) et 2) à la transformation, la diversification et la densification des tissus pavillonnaires existants pour la production d’un territoire plus durable (Miet et Lefoll, 2012) ?


Cette demi-journée d’étude (14h00-18h00) donnera la parole à des acteurs institutionnels, professionnels et chercheurs qui, par le croisement de leurs expériences, nous permettront de mieux comprendre les dynamiques actuelles et d’esquisser des pistes d’action pour une production plus importante du logement social dans le tissu pavillonnaire. Elle sera suivie d'une table ronde / débat dans le cadre des Dialogues de l’urbain (18h30-20h00). La soirée débutera par un apéritif autour de l’exposition « Habiter le pavillonnaire autrement ».