Accompagnement et mise en réseau des espaces de coworking

Vous êtes ici

Le 20 février 2018 le Conseil régional Sud-PACA, partenaire du projet européen COWORKMed piloté par l’AVITEM, a organisé au Mars Medialab à Marseille un atelier local et régional sur le thème « Vers un réseau euro-méditerranéen de coworking ? ». L’événement a rassemblé une trentaine de participants dont une majorité de responsables et animateurs d’espaces de coworking et des représentants des acteurs publics régionaux.

 

La matinée s’est déroulée en deux temps. D’abord une table ronde avec des spécialistes locaux du coworking, puis des travaux par groupe autour de différents « chantiers » pour réfléchir à la création d’un réseau de coworking méditerranéen.

 

Mesurer les impacts du coworking sur les territoires et l’économie régionale

Au cours de la table ronde animée par Raphaël Besson (Villes Innovation) avec Axelle Benaich (La Fabulerie), Renaud Francou (FING) et Nadine Richez-Battesti (Aix-Marseille Université), plusieurs points clés ont été discutés.

Le débat a été introduit par quelques rappels sur la nature des tiers lieux, ces lieux hybrides entre privé et public dont font partie les espaces de coworking. Ils se caractérisent de façon générale par une volonté d’ouverture permanente à la nouveauté, de se repenser sans cesse. Il en résulte des structures à la fois agiles et fragiles. Quant à l’activité qui les anime, le coworking, il est l’émanation de nouveaux modes de travail, plus indépendant, moins localisé, plus connecté. Cette indépendance implique paradoxalement un besoin croissant de « faire ensemble », d’où l’émergence de communautés organisées en tiers lieux. En outre, l’essor du travail nomade fait de l’espace un enjeu primordial. C’est donc la société et ses modes de faire qui se transforment profondément.

Or il persiste entre les lieux et les puissances publiques une différence de nature dans les modes d’action qui freine l’accompagnement de ces nouvelles tendances pourtant en demande de soutien. A partir de ces constats, toute action publique peut en effet sembler en inadéquation avec ce phénomène changeant et inclassable, touchant plusieurs aspects de la transformation de nos sociétés. Il est donc nécessaire de repenser les passerelles avec l’action publique, pour les rendre mieux adaptées à ces nouveaux phénomènes. Une évolution en ce sens sera au bénéfice de tous les acteurs car les espaces de coworking deviennent de véritables hubs économiques locaux.

 

Définir le rôle des acteurs publics dans le développement local et transnational du coworking

Le défi consiste donc à trouver une action publique capable de bénéficier à plusieurs lieux. Les acteurs publics pourraient prendre en charge certaines tâches, comme la gestion ou l’animation, qui sont très lourdes pour les collectifs. Leur soutien devrait permettre de s’organiser à l’échelle locale mais aussi transnationale. Un réseau méditerranéen de coworking pertinent permettrait de développer des initiatives et services croisés, et de répondre à une véritable appétence pour un réseau méditerranéen parmi les acteurs locaux, basée sur des raisons économiques autant que sociales et culturelles. Les puissances publiques auraient là aussi un rôle à jouer d’amplification, de caisse de résonnance, sur des territoires sensibles à leur rayonnement. Les participants ont ensuite formé des groupes et travaillé sur cinq « chantiers ». Au cours de la session de restitution, des propositions ont été formulées : créer une banque de données sur le coworking, connecter les tiers lieux, définir une charte des valeurs du coworking, organiser l’accueil de fonctionnaires européens en stage de coworking ou encore ouvrir des espaces de coworking dédiés aux agents nomades de la fonction publique. Les sessions de travail ont été riches, et chaque groupe s’est montré très créatif.

 

Favoriser les échanges et les immersions dans le monde du coworking

Le point récurrent de ces propositions était de provoquer des rencontres, des immersions entre institutions et usagers des tiers lieux, pour mieux comprendre les enjeux de part et d’autre. En bref réitérer, prolonger et formaliser les échanges qui ont eu lieu ce matin-là. On peut donc parler d’un rendez-vous très réussi, productif et convivial, avec de vrais échanges et de vraies propositions, et l’incarnation de plus en plus prégnante au fil de la matinée d’un véritable besoin de réseau, local et transnational.

 

Pour en savoir plus : https://coworkmed.interreg-med.eu/. Suivre et contacter COWORKMed sur Twitter ou Facebook.